Archives de Catégorie: Cercle des Images

Songe

Par défaut

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

SONGE

Elle dort mais son âme voyage dans le pays des songes…

Elle est une belle Dame. Collet montée et richement habillée, elle évente son visage.

Soudain, elle se sent enveloppée d’un souffle dans un bruit de battements d’ailes. Des notes s’élèvent sur le piano de son ciel intérieur. Les oiseaux musiciens improvisent pour elle un merveilleux concert…

Peinture à l’huile de Nicole Lefrène

Voir ses œuvres sur son site 

Résonances

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

Le tableau ci-dessous est une peinture intuitive selon l’enseignement de Nadyn Kuntz. Il n’y a aucune intention de départ. Tout commence par des tracés aléatoires avec une peinture de couleur rouge. Il s’agit ensuite de trouver des formes harmonieuses dans les « taches » qui se forment (comme ce qui peut apparaître parfois à travers les nuages qu’on contemple dans du ciel) et d’aller dans leur sens, à pinceau levé, en faisant des choix. Dans ce lâcher-prise, tout se transforme continuellement. Il est bon de se laisser surprendre et même « enseigné » par ce qui veut se mettre à jour… Le tableau ci-dessous est mon troisième tableau, le second étant  « initiations » et le premier étant « Eveil »

Résonances1

Résonances5
C’était la fin d’un temps,
L’aube d’un autre temps…
L’espace entre les mondes
Laissait passer ses ondes,
Messages éternels.
Les portes temporelles
Lâchaient des potentiels
Tournoyant dans le ciel,
Délivrant un réseau
– Porté par les oiseaux –
D’énergies et de flux
Trop longtemps contenus…
Résonances3 Résonances4AMOUR et PAIX… LUMIÈRE…
La vibration première
Trouve des expressions,
Offre des partitions
A l’hymne de la Vie.
L’oiseau du Paradis
Des ailes applaudit…
La colombe irradie…
Le phénix se consume
En libérant des plumes…
L’onde dans leur sillage
Délivre les messages…

 

 

Résonances2

 

 

 

Dans l’espace invisible
D’un monde imperceptible,
On invoque. On reçoit.
On évoque. On prévoit.
La prêtresse masquée
La tiare enspiralée
Les deux bras grands ouverts
Est celle qui opère.
Les autres harmonisent
Ou elles canalisent
Une main vers le ciel
Tendue vers l’essentiel.

 

Elles s’en viennent  nombreuses,
Ces prêtresses passeuses
Servantes de la Source,
Pour offrir des ressources !
Aux yeux humains voilées,
Mais entre elles reliées
Par la même fréquence
D’une belle accordance,
Elles ouvrent les plans
D’un appel clignotant
Pour un grand Rendez-vous :
« Femmes, réveillez-vous ! »

             PBV

Les échos de l’ami Bran du

A propos des « prêtresses passeuses servantes de la Source »…
On ne connaît, ne sont relatés, dans la Tradition que deux collèges féminins :
l’un sur l’île de Sein ( les Senas) et un autre qui aurait été sur une île à l’embouchure de la Loire
sans trop savoir si nous sommes dans un légendaire ou un écho mythique car rien archéologiquement n’est venu confirmer cela…

Mais Morgane n’est elle pas elle aussi entourée d’un collège de 9 sœurs en son une île (Avallon) pour veiller sur la  « royauté » qui s’y trouve en sommeil ?
Quant à Brigit, elle est, dit-on en Irlande, à l’origine d’un collège de « sœurs », toutes veillant pendant plusieurs siècles sur un feu sacré,
au sein d’une église curieusement appelée « kildare » (l’Eglise des chênes !)

Collège de femmes consacrées
Ces femmes, vivant en communauté sur une île,
 dont font état les textes, sont des femmes consacrées qui ont fait le choix délibéré de servir le temple du Divin et d’entretenir le Foyer de Celui-ci….
Elles se rendent parfois sur le rivage proche afin de concélébrer l’acte d’amour et perpétuer la vie avec les hommes qu’elles choisissent à cet effet…
A chaque fin de cycle de la Roue de l’année, à la Samain donc, elles détruisent le temple et le reconstruisent en une nuit avant que ne pointe le jour….
Cette « opération » a tellement d’importance que les matériaux qui participent de cette reconstruction (une fois soulevés de terre ou prélevés) ne doivent pas retomber à terre faute de quoi de graves sanctions frappent celles qui par manque d’attention a fait tomber sa charge sur le sol !….

Que pouvons-nous déduire de cela ?
Peut-être ceci :
– Le Temple n’est pas figé une fois pour toute, mais participe lui-même des processus de renouvellement et de régénération qui caractérisent la loi, dite d’Evolution laquelle englobe toutes les lois de la Nature et de l’Univers visible et invisible…
– Le « Chant du Monde » est une partition que l’on « décompose périodiquement » afin de la recomposer, de la réécrire, de la réinterpréter, à partir des éléments nouveaux dégagés au sein des expériences réalisées ; des éléments apporteurs d’une nouvelle croissance, de nouveaux entendements, de nouvelles façons de dire, de créer, d’aimer, de croire, de comprendre, de vivre, de mourir, d’accompagner….
– Il nous appartient ainsi à chaque rituel de reconsidérer les bases, fondements, déroulés, contenus expressifs de celui-ci afin de l’inscrire dans la mouvance même de la Vie et de l’Univers et d’accompagner de cœur, d’esprit, de sens et d’intelligence, les transformations et métamorphoses auxquelles participent l’alchimie spirituelle du Vivant…
– L’acte charnel auquel s’adonnent ces femmes consacrées à valeur d’acte hautement et profondément initiatique car elles mettent en contact, en rapport, le corps de l’homme avec la Dimension Sacrée du féminin et cela éveille ou réveille en l’homme ses « correspondances » naturelles et aimantes avec Celui-ci….
– Elles sont « révélatrices » du fondement spirituel de notre humanité et nous enseignent « l’Ouvrage de Vie, de Don et d’Amour »….
– Le « rapport au Sacré » comporte des contraintes, des exigences et des obligations auxquelles on ne saurait déroger sans « profaner » l’Essence, le Principe ou l’Anima qui sont le cœur et le sein de la Manifestation divine…
– Servir ce « Sacré » demande attention et vigilance, compréhension et intelligence, connaissance et méthode, apprentissage et maîtrise, équilibre et harmonie, amour et dévouement….

Le Féminin est au cœur de ce Sacré, il en est autant l’Autel que le Servant et l’Offrant. Il nous invite à nous associer de cœur et d’esprit à ce Service qui transcende toute existence humaine afin qu’elle incarne le meilleur d’elle-même et dégage et développe ses potentialités d’éveil, de conscience, de création, de solidarité compassionnelle et d’amour…



Eveil

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

Le tableau ci-dessous est une peinture intuitive selon l’enseignement de Nadyn Kuntz. Il n’y a aucune intention de départ. Tout commence par des tracés aléatoires avec une peinture de couleur rouge. Il s’agit ensuite de trouver des formes harmonieuses dans les « taches » qui se forment (comme ce qui peut apparaître parfois à travers les nuages qu’on contemple dans du ciel) et d’aller dans leur sens, à pinceau levé, en faisant des choix. Dans ce lâcher-prise, tout se transforme continuellement. Il est bon de se laisser surprendre et même « enseigné » par ce qui veut se mettre à jour… Le tableau ci-dessous est mon premier tableau, le second étant « Initiation »

eveil

La voici, la divine représentante de la Mère des Univers…

Projetée dans le Vide insondable par le puissant mouvement d’un vortex incandescent,  elle a franchi le seuil de la porte du rêve et elle a traversé les plans, transportée sur le tapis magique d’un souffle indigo se déroulant en plume lègère en direction de la terre.

Des eaux d’en haut qu’elle vient de parcourir au cours de sa descente, elle a gardé l’empreinte ondoyante et la couleur bleutée, toutes deux imprimées dans sa céleste robe qu’elle offre en miroir aux eaux d’en bas qui l’accueillent.

Sa tâche ? Déployer sur terre, en couches successives, l’aura de l’aube incandescente dans les infinis aspects d’une riche matière qu’elle transporte en elle-même.

Femme de la Souche, son bras est le sésame qui ouvre le tronc de l’Arbre de Vie tout juste esquissé pour les yeux humains et pourtant si présent de toute éternité.

Femme  de la Source,  dépositaire des eaux d’en haut et des eaux d’en bas, elle libère sur terre son onde d’amour fertilisante. La voilà prête à inviter le feu à irradier le silence des mondes. Elle sait qu’il est la clé des portes flamboyantes de l’extase d’où est issue la vie.

De l’union du feu et de ses eaux, une vie embryonnaire prend forme, reliée par un cordon d’amour à l’embrasement des cieux. Le germe de lumière au creux de sa matière est contenu dans un écrin secret. En attendant d’être éveillé, il propage, encore discrètement, ses effluves dorés dans le labyrinthe du chemin intérieur à parcourir…

PBV

En écho à cette peinture… 

…cette poésie  de l’ami Bran du (le Corbeau Noir)

Femme d’eau

La Femme* en son Cercle
La Femme d’eau…
L’eau est son cocon, là se tisse le Soi
Le Soi, se papillon, ce butineur de l’Ame !…
L’eau coulante, l’eau glissante sur l’émoi ;
Cela qui enveloppe, qui s’enroule de joie…
Cela qui se déverse, s’écoule et s’épanche ;
Cela qui comme saule, en la flexion d’amour, se penche puis se ploie…

La Femme en son cercle, en ses eaux,
Spiralant sur ses hanches et s’immergeant le dos…
La Femme en sa branche, la Femme-roseau…
La Femme en son bain de belle insouciance…
La Femme source de son propre ruisseau !…

La Femme navigante, le féminin vaisseau ;
Cela qui sur la peau se fait tendre et glissante…
Les algues de ses bras, son herbe consentante
Et la pierre arrondie au brassage de ses flots…

La Femme en son Cercle, la Femme en ses eaux ;
La Femme passant l’anneau au doigt de l’Homme,
En Elle et par elles, révélé et nouveau !…

* La fonction féminine originelle ne se limite pas à mettre au monde, à enfanter la vie, elle a, pour mission essentielle aussi, d’initier l’homme aux mystères de celle-ci, aux mondes infinis, à l’âme éternelle…

Bran du
26 05 2011