Archives de Catégorie: Cercle des Créateurs

Le Mind Mapping

Par défaut

Article de Cyril Maitre 
 
Cyril Maitre
 

Avez-vous déjà entendu parler d’infobésité ? Vous savez, ces personnes qui se sentent submergées par le flux de l’information qui circule… et qui se trouvent dans l’incapacité de les traiter correctement. Le résultat peut prendre des dimensions dramatiques : face à cette masse d’informations, vous sollicitez une mémoire dite de travail qui, trop sollicitée, peut à un moment « disjoncter » : c’est le burn out.

Et vous ? Faites-vous partie de ces personnes qui se sentent submergées par un flux d’informations continu ? Si c’est votre cas, vous avez sans doute besoin d’un outil, d’une méthode pour trier ce qui est important du superflu. Vous ressentez peut-être aussi la nécessité d’organiser, de structurer vos idées pour y voir clair et reprendre le contrôle de votre vie. 

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions pour y arriver. La mauvaise nouvelle… c’est que beaucoup des solutions que vous trouverez dans les livres ne sont pas vraiment opérationnelles. Et l’outil le plus efficace que je connaisse pour organiser mes idées est le mind mapping, appelé aussi carte mentale, carte heuristique ou topogramme.

Avant de proposer moi-même des formations, j’ai bien sûr pratiqué le Mind Mapping. Le premier chapitre de l’excellent livre de Tony Buzan « Une Tête Bien Faite » a constitué pour moi un électrochoc. Je vous le restitue ci-dessous dans son intégralité.

 

L’aventure d’Edward Hughes.

Après la première publication de Une Tête Bien Faite en Angleterre en 1974, “un étudiant assez moyen, qui n’était pas particulièrement brillant dans aucune matière”, passa son brevet à l’âge de 15 ans, en 1982.

Naturellement, il obtint, comme toujours, des résultats médiocres. Ce fut une grosse déception car il souhaitait entrer à Cambridge. Il comprenait bien que s’il continuait ainsi, Il n’aurait aucune chance d’y parvenir un jour.

Cet étudiant s’appelait Edward Hughes.

Quelque temps plus tard, Georges, son père, lui fit découvrir Une Tête Bien Faite. Armé de cette nouvelle connaissance qu’il avait de lui même,, mais aussi des mind maps, de l’apprentissage et de l’étude, Edward repris l’école avec un nouvel enthousiasme et une nouvelle motivation. Il annonça qu’il obtiendrait d’excellents résultats dans toutes les matières et qu’il voulait absolument se présenter à Cambridge.

Ses professeurs furent bien entendu stupéfait et réagirent de façon variée:

“Tu n’est pas sérieux. Voyons, tu n’as aucune chance, tes résultats n’ont jamais approchés le niveau requis par Cambridge”, lui dit l’un d’entre eux.

“Ne soit pas stupide ! Tu pourrais peut-être réussir à obtenir des notes moyennes, mais tu n’y arriveras pas”, lui dit un autre.

Lorsque Edward annonça qu’il voulait non seulement passer l’examen normal, mais aussi présenter une demande bourse, le professeur lui répondit catégoriquement: “Non, c’est jeter l’argent de l’école et ton temps par la fenêtre. Nous pensons que tu échoueras car les examens sont très, très difficiles – même nos meilleurs candidats ne réussissent pas toujours.”

Un troisième professeur expliqua qu’il enseignait le même sujet depuis 12 ans, qu’il était un expert en la matière, et qu’il savait ce qu’il disait lorsqu’il affirmait qu’Edward n’aurait jamais de bonnes notes. Il cita le nom d’un autre élève, qui était bien meilleur et dit à Edward qu’il ne serait jamais aussi bon que lui. Edward protesta.

Un 4ème professeur gloussa. Il admirait l’ambition d’Edward pensait que son rêve était possible mais improbable, et que, même s’il travaillait dur, il n’obtiendrait que des notes moyennes.Mais il lui souhaita bonne chance et lui dit qu’il avait toujours apprécié ceux qui montrait un peu d’esprit d’initiative.

“J’aurais une bonne note !”

A tous ses professeurs , et à tous ceux qui contestait ses objectifs, Edward répondait toujours laconiquement:

“J’aurais une bonne note !”

Après longtemps avoir refusé de présenter Edward à Cambridge, l’école finit par accepter en faisant savoir à Cambridge qu’elle pensait que cet élève n’avait pas vraiment de chances d’obtenir la place qu’il postulait. Et il dut payer lui même lui même les 20 dollars de frais d’inscription pour “ne pas jeter l’argent de l’école par la fenêtre.”

Vinrent ensuite les entretiens à l’université. Les professeurs de Cambridge informèrent Edward de l’opinion qu’avait son école de lui, en précisant qu’ils pensaient eux aussi que ses chances de succès étaient très faibles. Ils admiraient toutefois son initiative. Il lui faudrait au mois un A et deux B, mais plutôt deux A et un B, voir trois A. Et ils lui souhaitèrent bonne chance.

Inébranlable, Edward poursuivit son apprentissage des techniques présentés dans ce livre, et son entrainement physique. Il raconte:

« Les examens approchaient. Je résumais les notes prises lors des deux dernières années d’école ans des mind maps. Je les colorais, je les soulignais, et je créais des schémas directeurs pour chaque cours, et dans certains cas, pour chaque grande partie d’un cours. Je voyais ainsi où et comment chaque les éléments les plus détaillés s’articulaient et j’avais une bonne vision d’ensemble. Ainsi, il me suffisait de « feuilleter » de grandes sections du cours pour me les rappeler avec une précision absolue.

« Je révisais ces mind maps une fois par semaine, et plus souvent à mesure que s’approchait les examens. Je regardais mes mind maps de rappel sans regarder mes livres ni mes autres notes, mais simplement en dessinant de mémoire ce que savait sur chaque sujet, puis en comparant ces schémas à mes schémas directeurs.

« J’ai également lu tous les ouvrages fondamentaux, j’en ai sélectionné quelques-uns, je les ai relus en profondeur, puis je les ai résumé dans desmind maps afin de les comprendre et de les mémoriser au maximum. En plus,j’ai étudié le style propre à la dissertation, en m’exerçant à la rédaction à partir de mes propres mind maps.

« Parallèlement, je faisais du sport en courant de trois à cinq kilomètres 2 ou 3 fois par semaine. Je prenais l’air et j’allais dans une salle de gymnastique. J’ai amélioré ma forme physique, ce qui m’a considérablement aidé à me concentrer. Comme on dit, un « esprit sain dans un corps sain ». Je me sentais bien dans ma peau et dans mon travail. »

Examens et résultats.

Edward passa 4 examens: géographie, géographie pour la bourse d’étude, histoire médiévale et études commerciales.

Voici ces résultats:

Matière

Note

Classement

Géographie A Premier
Géographie pour la bourse Mention Très Bien Premier
Histoire médiévale A Premier
Etudes commerciales A et 2 mentions Très Bien Premier

 

Dès le lendemain de la publication des résultats, le collège de Cambridge qu’Edward avait cité en premier choix confirma son admission et accepta qu’il prenne « l’année sabbatique » qu’il avait demandée pour aller voir du pays avant d’entamer sa carrière universitaire. Pendant cette année là, il travailla à Singapour, puis comme cow-boy en Australie, avant de perdre des vacances aux îles Fidji et à Hawaï. Puis il parti en Californie, où il travailla dans des unités de transfert d’embryons et dans des élevages de bétail. Et enfin, il traversa les USA en travaillant dans des fermes avant de regagner l’Angleterre.

Les études à Cambridge

Avant d’entrer à Cambridge, Edward décide que, parallèlement à ses études il se fixait comme objectif de créer une nouvelle association d’étudiants, de faire beaucoup de sport, de se faire de nombreux amis – en somme, “de passer un moment formidable ».
A Cambridge.

A l’université, il entra tout de suite dans l’équipe de football, de tennis et de squash. En matière d’association d’étudiants, on peut dire qu’il a plus que réussit, car, après avoir fondé la Young Entrepreneurs Society, la plus grande de ce type en Europe, on lui demanda de présider la Very Nice Society, une association caritative comptant 3600 membres, qui en afficha 4500 sous sa présidence – la plus grande association de l’histoire de Cambridge. Au vu des résultats qu’il avait obtenu au sein de ces deux sociétés, les présidents des autres associations lui demandèrent de créer et de présider l’association des présidents!

Quant à ses études, il commença par observer l’habitude de l’étudiant « moyen ».Voici ses conclusions:

« Les étudiants passent en moyenne 12 à 13 heures à lire chaque devoir, notant de manière linéaire toutes les informations qu’ils peuvent. Après quoi, ils passent de 3 à 4 heures à rédiger leur devoir (certains étudiants les réécrivent, passant parfois une semaine entière sur le même devoir). »

Fort de son expérience de préparation de l’examen d’entrée à l’université, Edward décida de consacrer de 2 À 3 heures par jour, 5 jours par semaine, à ses études.

« Pendant ces 3 heures, je faisait une lecture clé en résumant toutes les information intéressantes dans un mind map. Je me fixais comme objectif que, dès que les devoirs étaient donnés, je traçais un mind map de mes connaissances sur le sujet ou de ce que je jugeais intéressant. Puis je le laissais reposer quelques jours en y réfléchissant. Ensuite, je lisais les livres intéressants, en résumant les informations pertinentes dans un mind map. Je faisais alors une pause ou du sport, et, à mon retour je traçais un mind map du devoir à proprement parler. Une fois mon plan terminé, je faisais une autre pause, puis je prenais 45 minutes pour rédiger mon devoir. Avec cette technique, j’obtenais toujours de bonnes notes.»

Avant l’examen final de Cambridge, Edward se fixa un programme identique à celui qu’il avait suivi pour son examen d’entrée et présenta 6 épreuves.

Les résultats, les voici.

Les résultats

Pour le premier examen, il obtint une mention Passable, ce qui est normalement moyen, mais qui en l’occurrence était excellent, puisque 50% des étudiants échouèrent et qu’aucun n’obtint la mention Très Bien. pour le deuxième, le troisième et le quatrième examens, il obtint 3 mentions Très Bien. Et pour les deux derniers, deux mentions spéciales (la meilleur note existant pour ces matières).

Juste après son diplôme, Edward se vit offrir un emploi de strategic thinker dans une multinationale, poste que Cambridge décrivit comme «l’un des meilleurs» jamais offert à un diplômé de l’université. Edward résuma ainsi ses études:

« Cambridge a été fantastique. J’ai eu la chance de beaucoup y gagner – beaucoup d’amis, beaucoup d’expérience, beaucoup de sport, beaucoup d’enthousiasme et de succès dans mes études, et trois années de bonheur absolu. La principale différence entre moi et les autres était que simplement que je savais comment réfléchir – comment utiliser ma tête. Auparavant, je collectionnais les C et les B Parce que je ne savais pas encore comment «obtenir une bonne note». Je l’ai appris. N’importe qui peut en faire autant.»

Petit lexique des Nouveaux Paradigmes

Par défaut

Article des 2 LN
Hélaine Charbonnier et Hélène Chartier

Hélaine Charbonnier

Nous, les 2 LN venons vers toi parce que nous avons rêvé et conçu un
projet qu’une cinquantaine d’acteurs du Nouveau monde ont déjà épousé et
que nous adorerions voir prendre davantage d’ampleur…

Il concerne un Lexique d’un genre nouveau dont le nom est « Petit
Lexique des Nouveaux Paradigmes » et dans lequel chaque
intervenant est invité à donner une définition d’un mot qu’il a choisi.

Ce projet est né dans la Joie et la fulgurance, comme l’essentiel des
projets de ce Nouveau Monde dont nous sommes vous et nous les
acteurs.Dans la fulgurance, c’est à dire de façon soudaine, intuitive, un
peu comme l’éclair; autrement dit de façon uranienne…. tu sais ? cette
énergie de libération et d’émancipation radicale.

Or il se trouve justement que c’est cette même force qui préside aux
Nouveaux Paradigmes qui font l’objet de ce projet que nous venons te
présenter.

Et qui selon toi vient pour nous accorder cette force grâce à quoi une
nouvelle liberté nous est accordée ? Oui, c’est nous dans toute notre
puissance retrouvée.

Nouveaux Paradigmes = Nouveaux Paradis

Comment participer ?

Si toi aussi tu te reconnais comme étant un acteur du Nouveau Monde
quel que soit le domaine qui est le tien, si tu as conscience des forces à
l’oeuvre dans l’Univers et que tu as fait de la Joie ta priorité, si tu reconnais
qu’il y a autant de vérités que de personnes, et que tu ressens de
l’enthousiasme et une anticipation joyeuse à la perspective de participer à
ce projet collectif, alors voici la marche à suivre…

Choisis un mot ou plusieurs, et donne en ta définition
personnelle.

Celle-ci pourra tenir en une phrase comme en une ou deux pages, pourvu
que ton intention soit d’extraire du mot tout le suc, la pertinence, la
puissance et la beauté. Pourvu aussi que tu choisisses de mettre à jour les
éventuels paradoxes ou la drôlerie qu’il pourrait déceler et que tu
convoques avec lui ton univers et tout ce qui fait ta richesse.
Cette définition reflétera alors ta vérité.

Fais le de la façon qui t’est propre : avec poésie ou philosophie pour peu
que tu te sentes poète ou philosophe. Sous forme de conte si tu es conteur.
De canalisation si tu es channel. En ayant recours à la symbolique ou à la
langue des oiseaux, si ce sont là des langages qui te sont proches. En te
référant à la mécanique quantique, à la sociologie, à la médecine
énergétique, à l’éducation, au chamanisme, à la permaculture, à
l’alimentation, à l’alchimie, à la communication non-violente, à la
musique… ou à n’importe quel autre domaine particulier dans lequel tu as
des compétences. Autrement dit, sens toi libre de le faire avec rigueur ou
avec fantaisie, selon ton inspiration, tes codes personnels et les
qualifications qui sont les tiennes.

Joins-y tes coordonnées complètes avec ton site ou ton blog et fais
parvenir le tout à l’une de ces deux adresses avant le 31 mai 2016 :

helaine.charbonnier@free.fr/helaine.charbonnier.teljesseg@gmail.com

Si tu le souhaites, tu peux aussi demander à recevoir le projet complet à
cette même adresse mail ou contacter Hélaine Charbonnier Teljesseg sur
skype pour d’éventuels éclaircissements (helaine-faiseuse-de-fees), mais
sache déjà qu’une fois illustré, le Petit Lexique des Nouveaux
Paradigmes sera diffusé dans un premier temps en version e.book et
qu’une partie des recettes servira à soutenir les médias alternatifs comme la
Radio du Coeur ou la TV du Grand Changement

Les 2 LN

Prière d’Artiste

Par défaut

Article de Angeline Forster

130608 Angeline2

Ô grande Déesse Créatrice

Que ta joie, ta douceur, ta force coulent en moi

Que ta beauté m’éclaire, m’accompagne chaque jour

Afin que je me réalise et m’ouvre à ton inspiration sacrée

Que ta présence en moi me fasse vibrer, être vivante et présente à chaque instant

Que ton rayonnement balaye mes doutes, mes complexes,

mes insatisfactions et mes pensées négatives et destructrices

Que ta lumière m’éclaire, me montre le chemin,

Que ta grandeur d’âme me guide

Que ta tranquille sérénité m’inspire à chaque instant

Aide-moi à t’honorer en m’ouvrant à plus grand que mon petit moi,

Aide-moi à dépasser mes peurs et mes hésitations

Couvre-moi de ta puissance et de ta force créatrice

Comme d’un manteau sous lequel je serai à jamais en sécurité, protégée,

Disponible et libre de me laisser être traversée de toi et de ton inspiration sacrée

Habite en moi, remplis-moi, comble-moi de ta présence

Guide mes mains et mon cerveau droit lorsque je t’honore

Assiste-moi à chaque pas vers la réalisation de la divine parcelle de toi en moi…

Sois ma guérison

Et accompagne-moi de ta sagesse et de ton accès au Grand Savoir

Lorsque j’aide autrui à te connaître et à guérir en ton contact

Merci de ta beauté, merci de ta présence

La Joie

Par défaut

Article d’Hélaine – faiseuse de fées, conteuse d’histoires
www.helaine-faiseuse-de-fees.com

Hélaine Charbonnier

La-Fée-des-bullesJe viens vers vous comme une fleur pour y déposer cette chronique qui a la Joie pour thème. Comme une fleur, oui. Une fleur fraîchement poussée – voire une fleur fraîchement cueillie.
Mais n’allez pas imaginer, en raison de cette ingénuité, que je sois née de la dernière pluie.
En fait, si je me sens légitime pour parler de la Joie, c’est précisément parce que j’en ai été très longtemps éloignée.
Disons-le autrement : je ne viens pas du monde des Bisounours, mais il se trouve que la Joie me réclamait et que j’ai fini par lui céder.
Car voilà, c’est comme ça : la Joie nous réclame. Tous. Toujours. Tout le temps.
La Joie nous réclame, parce que nos composants sont identiques. Ainsi va la Loi.
Voilà : c’est dit. La Joie est notre formule de base.

Au cœur de nos cellules, au cœur de chaque particule. Au cœur du vide qui n’est pas, il y a la Joie. Mais j’aurais pu tout aussi bien dire seulement : au cœur, il y a la Joie.
Et ajouter qu’il n’y a que notre oubli de cette vérité et notre oubli du cœur pour nous en maintenir éloignés.
On peut passer sa vie dans les marécages. On peut dormir dans des cartons, dans des cages d’escaliers inhospitalières, dans des lits d’hôpitaux de banlieues in-accueillantes. On peut faire n’importe quoi pour la contrarier, elle est là, encodée, et l’Univers nous demande de la libérer.

Nous aussi nous la réclamons bien  sûr. Mais même ça, on a tendance à l’oublier.
Pourtant, on peut vouloir n’importe quoi – une paire de chaussures bleues véganes, une maison « les pieds dans l’eau », un rosier grimpant du Japon ou même une chronique écrite par Bibi himself – le véritable motif derrière sera toujours le potentiel de Joie que l’on pourra en retirer.

Bon : je résume :
– La Joie est notre composante naturelle.
– Elle récapitule à elle seule tous les désirs que l’on a, ceux que l’on a eus et ceux que l’on pourrait avoir.

La-Source

La Source – La Faiseuse de fées

Reconnaissez que c’est pas mal déjà, pourtant ce n’est pas fini ! Et pourquoi ce n’est pas fini ? Vous le savez, bien  sûr… mais pourquoi priverais-je de la Joie elle-même de la Joie de le rappeler ?
Eh bien , il se trouve qu’elle est aussi le plus facile et le plus court chemin pour arriver jusqu’à la manifestation de ce désir grâce à quoi sera libéré tant de Joie.
Oui. La Joie est le meilleur chemin pour arriver jusqu’à la Joie elle même !
Euh… mais alors, comment faisons-nous pour passer si souvent à côté ?
Eh bien  il se trouve que nous avons pris une fâcheuse habitude.
Certes, on veut ce truc-là ou celui-là. Cette relation. Ce corps. Et jusque-là tout va bien.
Sauf que quand l’objet de notre désir tarde un peu à se manifester, on « s’arrange »pour en être contrarié.
On s’arrange, autrement dit on le CHOISIT.
C’est drôle non ?
C’est exactement comme si on disait : La Joie que j’attends ne m’arrive pas tout de suite ? Très bien , piskecéça je lui bloque l’accès !
Car en se conduisant ainsi, non seulement on se prive de toutes les autres sources de Joie qui pourraient nous arriver via d’autres canaux, mais on se coupe de l’essence de notre vœu lui-même qui a besoin de notre Joie pour acquérir toute sa densité.
Du coup, après, on s’est tellement éloigné qu’il faut tout réapprendre et trouver pas à pas des fréquences susceptibles de nous en rapprocher.

Mais la Joie est aussi pour toutes les raisons précitées la réponse concrète à toutes les vraies questions que l’on pourrait être amené à se poser.
Tu cherches ta mission de vie ?
Eh bien  : regarde à l’exact endroit où tu te sens dilaté.
Ne cherche pas là où ça coince. Ne cherche pas là où c’est compliqué. Ne cherche pas dans l’ancien monde une formation qui aurait pour libellé « apprenez à exercer la Joie ».
En revanche, comme le nouveau Monde est juste super-posé à l’ancien (Super, il est posé !), ne t’étonne pas si celle-là finit quand même par te trouver.
Ce jour là, n’oublie pas d’en faire une capture amoureuse un peu comme on fait une capture d’écran.
Fais-le pour toi bien sûr, mais fais-le aussi pour tout ce qui existe en chaque règne : si tu savais comme l’Univers jubile, chaque fois que tu laisses la Joie t’attraper.

Le mot de Patricia Buigné-Verron :
Hélaine est une vieille amie… Sa Joie est contagieuse. Puisse le Cercle des Cercles la diffuser largement…
A découvrir absolument : sa galerie des fées et de sirènes sur son site www.helaine-faiseuse-de-fees.com.
Et… bientôt disponible: son premier livre « Les Contes du Jour qui Vient ».

La Fontaine au secret

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

Dans mon jardin, une fontaine a surgi…
Le site étant invitant, une Dame, séduite par la magie du lieu, est apparue…
Je me suis approchée et, entre nous, un dialogue s’est instauré…

la fontaine au secret

 

Fontaine-article 2-2Qui êtes-vous Madame ?

– Je suis Celle qui fut, qui est et qui sera…
Issue de la Souche et de la Source, je suis la gardienne de la fontaine…

J’aimerai connaître votre nom…

– Mon nom ? On m’en a donné tant et tant…
En cette Bretagne où les chapelles ont été édifiées en lieux et places des fontaines sacrées, on m’appelle Sainte Anne, Sainte Radegonde, Sainte Onenne, ou bien Notre Dame… Mais le plus souvent, les fontaines portent des noms de Saints guérisseurs. Vois comme le monde patriarcal m’a éclipsée !
Il fut un temps pourtant où la Vie était encore vénérée. On me nommait alors “la vouivre”, désignant ainsi ce courant tellurique d’eau et de feu mêlé, circulant comme une rivière souterraine invisible, et qui fait jaillir les sources en des lieux spécifiques hautement vibratoires. L’un de mes noms de vouivre devenu célèbre est Mélusine, Mère Lucine, la Mère Lumière…
Mais à quoi bon chercher à me nommer ? Retiens seulement que je suis l’une des manifestations de « l’énergie Source” et que les humains, dans leur souci de représentations, m’ont fait apparaître de maintes façons…

Parlez moi de vous encore

–  Te parler de moi ? Il suffit de contempler le lieu fleuri où j’ai été conviée…Fontaine-article 7 … La fertilité de la terre, c’est à moi qu’on la doit, même si on m’y a aidée…
Fontaine-article 3
 … Regarde ces fleurs multicolores et ces plantes luxuriantes qui viennent jouer ensemble…Fontaine-article 8 … Tout cela est “la partie visible” que j’offre volontiers à qui sait m’inviter, me respecter et m’honorer…Fontaine-article 4

Oh, c’est magnifique, mais… Y a-t-il donc aussi une “partie invisible“?

 – Il est un lieu sacré de fécondité où, dans l’humidité secrète de ma grotte matricielle, je concocte la Vie…Fontaine-article 10  …Qui y pénètre avec respect comprend la vérité d’un utérus de renaissance...Fontaine-article 9
…Mais j’ai aussi des portes d’entrées bien plus secrètes qu’il convient de ne pas déflorer ! Pour les protéger, l’araignée y a tissé sa toile…Fontaine-article 11  …Pierres  et  végétaux s’associent pour les préserver les portes des regards indiscrets…Fontaine-article 11-2
 … Les gnomes sont des gardiens attentifs…Fontaine-article 12 … Et  même l’Ibis sacré veille…!Fontaine-article 13

Quelles sont vos fonctions, chère Dame des fontaines ?

– J’invite qui le souhaite à boire de mon eau ! Faute d’en connaître davantage à mon sujet, on me prête des vertus de guérison du corps, selon les lieux où j’apparais… Tout cela est vrai mais on semble ignorer mes fonctions de guérison des âmes…

 …Qui a jamais entendu le vent filtrer à travers le bois de ma harpe, chercher l’harmonie avec le clapotis de l’eau et jouer une symphonie en gouttelettes de
notes ?Fontaine-article 16
  …Qui a jamais pu saisir mon image furtive par la fenêtre de son âme ?
Ce ne sont que des exemples, saisis sur photographies… juste pour dire que pour des guérisons plus avancées, il suffit de se mettre en
phase avec moi, sur la même fréquence vibratoire…Fontaine-article 17

Vient-on parfois vous célébrer ?

 – Oui… Pour me remercier de mes bienfaits, on me crée de toutes pièces cette fontaine où j’aime venir me délasser…Fontaine-article 18 …on emplit de belles fleurs les amphores abandonnées sur mon site.Fontaine-article 19
…On me fait aussi diverses offrandes : de jolies pierres blanches déposées sur mes autels…Fontaine-article 21 …des fleurs de la passion ajoutées à mon réceptacle…Fontaine-article 22

Et, pour couronner le tout, voilà même qu’on me réserve tout un article illustré dans “le Cercle des Cercles”…!
Alors, en retour, j’offre à toutes les personnes qui me célèbrent, des vibrations de sérénité, de Joie et de félicité…

Merci, merci, Dame des fontaines ! Je suis pleine de gratitude…

Henri-ClaudeMerci aussi à Henri-Claude Raoul d’avoir imaginé cette fontaine qui trouve naturellement sa place dans « le Cercle des Créateurs »…
Toute en matériaux naturels, elle est composée de souches, de pierres et de végétaux. L’eau, acheminée jusque dans un réservoir caché dans les fondements, est activée par une pompe. Des points de lumière viendront bientôt s’ajouter pour l’éclairer lorsqu’il fera sombre

Songe

Par défaut

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

SONGE

Elle dort mais son âme voyage dans le pays des songes…

Elle est une belle Dame. Collet montée et richement habillée, elle évente son visage.

Soudain, elle se sent enveloppée d’un souffle dans un bruit de battements d’ailes. Des notes s’élèvent sur le piano de son ciel intérieur. Les oiseaux musiciens improvisent pour elle un merveilleux concert…

Peinture à l’huile de Nicole Lefrène

Voir ses œuvres sur son site 

ISIS

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

 

Le tableau ci-dessous est une peinture intuitive selon l’enseignement de Nadyn Kuntz. Il n’y a aucune intention de départ. Tout commence par des tracés aléatoires avec une peinture de couleur rouge. Il s’agit ensuite de trouver des formes harmonieuses dans les « taches » qui se forment (comme ce qui peut apparaître parfois à travers les nuages qu’on contemple dans du ciel) et d’aller dans leur sens, à pinceau levé, en faisant des choix. Dans ce lâcher-prise, tout se transforme continuellement. Il est bon de se laisser surprendre et même « enseigné » par ce qui veut se mettre à jour… Le tableau ci-dessous est mon deuxième tableau, le premier étant « Eveil »
20150310_105655

 

Initiation4Issue de la Souche et de la Source, lien entre la Terre et le Ciel, l’Arbre de Vie est Sa demeure.

A côté d’Elle, se dresse de toute sa hauteur le serpent initiateur, l’onde de vie, l’énergie Kundalini. A lui, le serpent, d’ouvrir les sept portes du ciel aux couleurs arc-en-ciel de la lumière diffractée ! A lui aussi de conduire le chemin de l’Ascension et d’ouvrir dans les corps, les portes correspondantes [1] ! Depuis l’aube des temps, secrètement, il prépare une nouvelle peau à la Terre. Les temps sont prêts pour la mue…

Initiation5A travers les six brins colorés de leur queue, deux oiseaux, envoyés de l’Esprit, transmettent à l’Arbre de Vie des flux inspirateurs. Six brins complémentaires sont encore cachés dans le monde invisible. Douze brins au total pour évoquer le futur ADN de l’humain en préparation. Mêlés à ses racines, ils fournissent à l’Arbre les nutriments sacrés, irradiés par l’Esprit.

Initiation2Dans les racines, justement, un creuset alchimique s’active, transmutant inlassablement les ombres en or liquide. C’est là qu’Elle intervient. Les pieds dans le creuset, voilant pudiquement aux yeux profanes l’entrée du temple de la suavité, Elle vibre subtilement, élevant l’énergie brute, palier après palier, jusqu’au plus haut degré de sa forme sublimée… C’est alors qu’un soleil tourbillonne en Sa couronne déployant ses rayons alentour dans la danse tournoyante de la voilure du feuillage… Elle devient vaisseau d’or de la Vérité incarnée….

Initiation3

Initiation9
Elle habite l’Arbre de toute éternité, enspiralée par les deux brins des queues bleu et rouge, yin et yang, féminin  et masculin, que Ses amis ailés aimantent subtilement pour nourrir en Elle, l’essence CIEL, cet essentiel d’AMOUR répandant des ondes-cœur au-dessus de sa tête …

« Tout est dans tout » semble-t-Elle dire ! Le feuillage est un voile de danse tourbillonnant autour d’Elle. Il se mêle aux plans de l’Univers en forme de vitraux multicolores… Queues d’oiseaux, queue de serpent et extrémités des ondes colorées se mélangent aux racines de l’Arbre en sèves nourrissantes… Qui sait même si la queue du serpent et le brin vert de la queue de l’oiseau ne veulent pas se rejoindre dans l’amitié scellée entre la Terre et le Ciel ? Et d’ailleurs, s’agit-il de queues d’oiseaux, de brins d’ADN, de nadis [2] ou de simples rubans dont Elle joue dans l’envolée de Ses bras ?

Initiation10Autour d’Elle s’étend l’Univers multidimensionnel en ondes luminescentes. Les couleurs de l’arc-en-ciel  proposent les marches du chemin de l’humain, de plan en plan. D’un côté, le chemin descend dans la matière, et de l’autre,  il remonte vers la lumière ! Elle-même demeure au centre, le corps offert au couloir de feu de l’Ascension. Pont immuable entre le Ciel et la Terre, présente dans les deux mondes simultanément, Elle assure Sa fonction de Passeuse d’Amour entre le haut et le bas, le bas et le haut. Tout semble en ordre selon une volonté de Joie universelle, de Joie unie vers Elle

Mais qui est-Elle donc ? Sa parole est audible en nos cœurs :

« Je suis Celle qui fut, Celle qui est et Celle qui sera… Depuis l’aube des temps, je tisse et je lisse le tissu de l’humanité, je suis le Lys de la royauté et de la pureté, je suis ISIS, Reine de la Lignée d’IS. Mon nom de Déesse, d’I et d’S composé, je vous l’écris en lettres superposées par mon corps en I dressé, enveloppé de deux S ondulés. Je nomme ce symbole [3]maintes fois repris au cours de l’humanité (illustrations ci-dessous), le « Geste primordial »…

Initiation11

La dernière illustration est la couverture du livre « changez votre futur par les ouvertures temporelles » de J-P Garnier-Malet [4]

[1] Les sept chakras
[2] Canaux énergétiques dans lesquels circule le Prâna ou énergie vitale
[3] Première représentation connue de ce symbole sur un vase sumérien
[4] « Changez votre futur par les ouvertures temporelles », Jean-Pierre Garnier-Malet

 En écho à cet article voir cette page

Cercles d’Êtres

Par défaut

Article de Arzh Glaz
Erwan

 

Sur le plan d’eau qui s’offre à mon regard là où je réside en ce jour
il y a aujourd’hui des vagues que le vent plisse sous son souffle…

Le plus souvent ce sont des cercles que j’y admire
Cadeaux des oiseaux et poissons qui y vivent.

Petits spots d’abord, ils s’étendent peu à peu parfois s’entrecroisent…
Dans nos vies les relations font de même…
Les rencontres s’intensifient d’une réunion partage
d’une assemblée joyeuse où se tissent des liens comme des feuillages.

Un Cercle, des Cercles,cerclesUn CERCLE des Cercles
Un espace concret, virtuel ou Spirituel
où l’on cultive l’Art de l’Attention tout en sublimant la Tension !

C’est à cette découverte à fil nouveau dans la trame la VIE
La Tienne !!!
La Nôtre que je t’invite.
Patricia a étendu par notre rencontre une part de mes possibles

Dans la spirale de « Sa Vie » où luisent des écailles d’argent
Elle a ouvert de nouvelles voies qui partent d’un Mouvement Intérieur
pour aller à la rencontre des Autres…

Dans sa recherche en Attention et Poésie
elle a ouvert de Nouveaux Cercles

Moi joueur, j’ai trouvé un galet virtuel et sur ce plan d’eau qui nous compose
je fais des ricochets…

Et voici un autre texte que celui-ci m’a inspiré : Cantique des Sphères

Merci Patricia !

La Grande Tisseuse

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

 

 

Métier de haute lisse

Métier de Haute Lisse

Je suis la Grande Tisseuse, l’Art’tisse du Destin…
Celle dont l’Art de la Lisse (1) a pour dessein de guider la main des Trois Parques, des Moires ou bien des Nornes.
J’invite aujourd’hui votre conscience à éclairer mon art…

Baton-EsculapeFunambule de l’Univers, depuis l’aube des temps, je danse sur le fil de l’âme entre Ciel et Terre.
Ma perche d’équilibre est ma baguette magique en forme d’IS dont l’S enspiralé est le serpent qui siffle sur vos têtes…
De son extrémité, j’attire la poussière d’étoiles. Je l’assemble en boule, la pétris, l’étire et la file pour en extraire le Fil de l’UN…
J’en prends grand soin et l’enroule sur les trois fuseaux du Destin…
Je suis prête à utiliser mon métier à Lisser…

J’applique quelques règles d’usage :
– D’abord, tendre le Fil entre l’ensouple du Ciel (2) et l’ensouple de la Terre… Il est la chaîne (3) qui soutiendra l’ouvrage…
– Utiliser la baguette magique comme une navette cosmique…
– Tirer les fils de trame (3) où court le va et vient des incarnations humaines…
– Glisser aussi quelques Lys entrelacés… entrelissés… la fleur royale garante de la pureté du geste…
– Devenir Alys, l’Art’tisse de la Vie au Pays des Merveilles…

Et Tisse et lisse la navette…
Et court et glisse sur le vivant tissu qui infiniment défile…
Laisse se dessiner les singuliers motifs aux formes différentes selon la tâche impartie à chacun…
Selon aussi la trace laissée en traversant le feu, l’eau, l’air et la terre, aller et retour.

Voilà donc où s’inscrit le Destin !

Merci à http://artistelicier.free.fr/
Merci à http://artistelicier.free.fr/

Ne croyez pas pourtant qu’il soit prédéfini et immuable !
Les humains sont libres s’ils respectent les Lois.
Acteurs de leur vie mais inscrivant leur forme sur le tissu divin.
Responsables des répercussions si, en fabriquant des tissus de mensonges, ils provoquent une erreur dans le motif.

Quelqu’un a-t-il aujourd’hui a suffisamment d’étoffe pour me dire de quel tissu il  est issu ?
A-t-il cherché le germe dont vient le premier Fil ?
Pourrait-il répéter sur terre, à son humble manière, le geste créateur dont je donne recette ?
Libre  à chacun de écouter celle-ci comme une chansonnette ou bien de percevoir ce qu’elle reflète et puis de s’y soumettre :

Graines de lin

Qu’on commence par planter
Dans une terre fertile
La graine d’Unité
Qui donnera le Fil.
Qu’on laisse la plante pousser
Jusqu’à maturité
Puis, qu’on l’arrache et qu’on la décompose
Pour extraire les Principes de toutes choses.
Elle devra passer par différentes opérations (4)
Ou se succéderont
Rouissage, teillage et écochage,
Peignage, cardage, filage et bobinage.
Cela demande un peu de temps.
Puis vient le blanchiment,
Une opération à faire scrupuleusement
Et suffisamment,
Avant la Grande Aventure
de la Teinture.
Et quand tout sera prêt,
C’est à moi de chercher
Des bouches à utiliser
Comme métiers à tisser.
La langue sera parfaite
Pour faire une navette
Que je pourrai passer
– C’est évident ! –
Dans le peigne des dents (5).
Alors, comme une onde
Se tissera « la Parole du Monde »,
Le Verbe Créateur
Dont l’Amour est au cœur.

_________________________

Notes

(1) Deux techniques de tissage composent l’Art de la Lisse, utilisant deux métiers à tisser différents : le métier de haute lisse est composé de deux montants supportant deux cylindres mobiles (les ensouples), placées l’une dans la partie supérieure, l’autre dans la partie inférieure. Le tissage est ainsi réalisé à la verticale. Avec le métier de basse lisse, la chaîne se trouvant tendue sur un plan horizontal, le tissage se fait de façon horizontale. Voir ce site
(
2) Les deux parties du métier à tisser : l’un porte le fil de chaîne, l’autre enroule le tissu fabriqué. L’ensouple du haut porte le nom d’ensouple du ciel, celle du bas représente la terre. Ces quatre morceaux de bois symbolisent tout l’univers.
(3) Le tissage est le résultat de deux sortes de fils :  les fils de chaîne tendus sur le métier et provenant de l’ensouple. Ces fils sont disposés dans le sens de la longueur (ourdissage) et le fil de trame de couleur qui est passé à la navette entre les fils de chaîne. Ces fils de trame sont disposés dans le sens de la largeur
(4) Ces opérations sont décrites dans la documentation fournie sur le Portail de « Pitre de la Chesnaie »
(5) Evoque les mythes Dogons rapportés par l’ethnologue Marcel Griaule et sa fille, Geneviève Calame-Griaule

En écho à cet article voir cette page

Retrouvons notre Créativité !

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

La quête de Sens

Le non respect de notre environnement, les conditions de vie matérialistes et individualistes, la perte des valeurs humaines nous laissent stressés, anxieux, perdus et quelquefois même désespérés. De ce chaos, une quête de sens émerge. Impérative, elle prend toutes sortes de formes : intérêt pour l’écologie, développement personnel, démarche spirituelle… Un danger aussi peut nous guetter : celui de consommer de la spiritualité comme du reste, à grand coût de stages, de livres et de pratiques onéreuses, peut-être même de sectes… Et si, tout simplement nous étions attentif au « Mouvement Intérieur » qui s’agite aux tréfonds de notre Être ? Et si nous l’écoutions s’exprimer ? Alors, peut-être nous montrerait-il la voie de la créativité, cette Source inépuisable, tapie en chacun de nous…

Le chemin de l’âme

Accéder à cette Source demande de créer les conditions qui lui sont favorables : faire taire les bruits parasites, aménager des temps de méditation, de retraite, de réflexion, marcher dans la nature… Ce faisant, on met en sourdine l’hémisphère gauche du cerveau, rationnel et analytique, qui aime nommer, catégoriser, lire, écrire, parler, résoudre les problèmes abstraits. Alors, peut émerger une autre voix, celle de l’hémisphère droit, intuitif et émotionnel, qui aime utiliser l’image ou le rêve, dessiner, sentir les choses, percevoir l’ensemble, faire des liens entre les éléments. Ainsi, retrouve-t-on progressivement le chemin de l’âme…

Créer sa vie

Dès lors, un pont est jeté entre le cerveau gauche et le cerveau droit, entre le monde extérieur et le monde intérieur, entre le visible et l’invisible… La voie de la Création personnelle, unique, est ouverte. Surgissant sous des figures variées, l’énergie créatrice fait éclater tous les moules pour donner forme à nos peines, nos joies, nos rêves. Elle s’exprime à travers l’art et la poésie, par symboles ou par métaphores. Le processus créateur, qui rend visible l’invisible, est un processus de guérison car il permet de se sentir en vie en touchant le centre de notre être, là où réside le sens. Ce processus, accessible à tous, permet de re-créer sa vie.

Créativité et énergie

« Corde d’argent » entre les dieux et les hommes, la créativité nous délivre une substance nourricière incomparable sous la forme d’une énergie considérable. Mais cette énergie, de quelle nature est-elle : Energie vitale ? Energie sexuelle ? Energie de réalisation ? Energie amoureuse ? Energie prophétique ? Energie visionnaire ? Energie de guérison spirituelle ? Elle est tout cela à la fois. Ces sept qualificatifs qui évoquent les vibrations de plus en plus subtiles des différents chakras, sont les sept notes de la symphonie énergétique qu’un musicien divin a composée pour nous. Mais la partition nous échappe encore et nos notes ne sont pas accordées. Comment retrouver la musique sacrée ? Ecoutons celle de l’âme collective que jouent les mythes, contes et légendes. En notre âme individuelle, à travers notre Corps de Rêve, cherchons la résonance. De la « corde d’argent », retrouvons la conscience. Puis laissons-nous vibrer dans une transe-en-danse… Alors les notes énergétiques s’envoleront. Elles se feront parfums, couleurs, images. Elles danseront sur l’écran de nos rêves, s’exprimeront dans le lyrisme de nos écrits ou bien se poseront sur une oeuvre tirée de notre imagination créatrice. Alors jouera pour nous la Musique de l’Être…

L’approche

Accorder une grande importance à l’imaginaire c’est redevenir magique, c’est aussi s’émerveiller, s’enchanter dans la joie et enfin, s’abandonner à l’énergie créatrice, source de transformation et d’expansion intérieure…