Les Femmes du Nouveau Monde

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

Réveillée un matin par l’injonction “Femmes, Éveillez-vous !” j’ai eu l’élan d’écouter ce qui voulait s’exprimer là. Ceci est le premier chapitre d’un conte initiatique dont il ne reste qu’à projeter l’édition. ..

Synopsis

Dans la forêt magique de Brocéliande, Morgane réunit les  femmes de la Lignée d’IS, celles qui portent en elles les valeurs de l’âge d’or des mondes engloutis (AtlantIS, la ville d’IS…). Ce sont les femmes d’un Nouveau Monde en préparation, toutes héritières des prêtresses d’ISIS ou d’IShtar.

Morgane, soutenue par d’autres personnages de la légende arthurienne, dispense un enseignement qui, à travers l’universalité d’une sagesse ancienne oubliée, mènera le groupe de femmes à vivre une initiation.

Dans un souci d’Unité, le récit adopte la règle triple du théâtre antique (un seul jour, un seul lieu, un seul fait) : il se déroule le temps d’une nuit, dans l’unique espace d’un cercle de pierres réactivé pour l’occasion, et n’a qu’un seul objectif. La configuration répétitive de chaque chapitre, oeuvre comme un rituel. Quant à la forme du conte, elle souhaite transcender une lecture purement intellectuelle.

1 – L’Appel

« Femmes ! Éveillez-vous ! »

Impératif, l’Appel avait déchiré la nuit. Tirées de leur dormition millénaire, des femmes s’éveillaient. Le temps était venu, leur disait-on. On avait besoin d’elles. Mais qui avait appelé ?   

L’appel de Morgane, peinture intuitive de Patricia Buigné-Verron

“De l’autre côté”, à Brocéliande, Morgane guettait celles qui avaient été choisies. Debout, sur le grand rocher de schiste rouge du Val sans Retour, chevelure noire au vent, elle déployait les ailes frémissantes de son manteau de chamane en plumes de corneille. Par sa concentration, elle maintenait actif le pont de communication selon la Grande Fréquence Sacrée. C’était un immense vortex vertical aux pulsations vivantes. Il projetait, en une auréole circulaire, une lumière violette au pied du grand rocher.

Pour son service entre les mondes, Morgane avait dû abaisser sa fréquence vibratoire et se faire femme parmi les femmes. Œuvrer à travers un corps dense ne lui était pas naturel. Elle avait dû auparavant récapituler le processus humain de l’alignement des trois corps.

L’observation commençait par les perceptions sensitives du corps physique, celui de la conscience habituelle. Elles fournissaient tant d’informations précieuses ! Morgane se plaisait à expérimenter les fourmillements de son front entre les deux sourcils, la caresse des plumes de son manteau sur sa peau nue, l’odeur de sève de la forêt de pin avec ce petit goût de miel associé. Elle notait aussi le clignotement des lucioles dans la nuit et la vibration des “veines du Dragon”, ces énergies secrètes de la Terre qui filtraient puissamment sous ses pieds à travers la roche rugueuse.

L’observation du corps astral était aussi très instructive. Il produisait des émotions simultanées, véritables interprètes vibratoires des sensations. A la fréquence où elle vibrait, Morgane savait qu’elle captait essentiellement celles génératrices de joie, de paix, de légèreté et d’Amour.

Restait l’observation du corps mental. Dans sa partie supérieure transitait le souffle de l’Awen, cette inspiration divine bien connue des poètes celtes. Le flux s’écoulait par le sommet de la tête. Il produisait dans le cerveau des flashs de lumière qui connectaient entre elles les informations précédentes. Cela déclenchait un mécanisme intérieur qui ouvrait en chacun la porte de la Source. C’est ainsi que sourdaient les vibrations intelligentes, les idées subites, les synchronicités, les analogies, les images archétypales, les rêves inspirés, les connaissances dont on retrouve la trace dans les mythes et légendes. Tout cela faisait sens dans l’expérience humaine.

Morgane était fin prête.

Par flux successifs, les femmes de la Grande Lignée Sacrée glissaient dans le vortex comme sur un toboggan aérien. Des forces invisibles les déposaient délicatement sur un tapis de mousse et les invitaient à rejoindre le périmètre violet.

La dernière vague de femmes venait de se placer en cercle. Morgane descendit de son rocher et posa sur elles un regard bienveillant.

Bienvenue, femmes de la Lignée d’IS, femmes du Nouveau Monde, dit-elle en langage télépathique ! Me reconnaissez-vous ?

Mais où se trouvaient-elles ? Qui donc était cette personne qui semblait les connaître ? Qu’était “la Lignée d’IS” et pourquoi les désignaient-on comme “femmes du Nouveau Monde” ? Vivaient-elles un rêve ou une réalité ? Les questions se bousculaient.

Non, femmes,  vous ne rêvez plus, vous êtes éveillées ! J’ai été désignée pour être votre guide sur le Sentier du Nouveau Monde. Certaines d’entre vous me connaissent comme “Morgane”. Cela me convient. C’est mon nom de légende attaché à la forêt magique où le vortex vous a déposées.

Morgane ? La fée de Brocéliande ?

Je ne suis pas seulement Morgane, corrigea-t-elle. Et je ne suis pas seulement une fée. Vous ne percevrez vraiment qui je suis qu’en prêtant attention à ma vibration. Commencez par ressentir la substance de mon nom ! En langue bretonne, “mor” déverse les forces vives de la mer dont je suis dépositaire. Quant à “ane”, il véhicule l’énergie de la Grande Mère. Pour le moment, disons que je la représente.

A ces mots, une vague d’énergie aux senteurs marines vint déferler jusqu’aux femmes…

En Irlande, on m’appelle aussi “Morrigane”, la Grande Reine, poursuivit-elle. On me prête là-bas des pouvoirs prophétiques, mystérieux ou inquiétants. On rapporte notamment que je prends l’apparence d’une corneille lorsque j’escorte les âmes des guerriers jusqu’à l’autre rive du monde. Parfois, on me vénère comme “Dana” ou “Danu”, “Ana” ou “Anu”, du nom de  la déesse primordiale irlandaise.

Les femmes de la Grande Lignée Sacrée connaissaient bien les mythes. Toutes les histoires de tradition orale leur parlait directement au coeur.

Ce ne sont pas seulement des mythes, rectifia une nouvelle fois Morgane. Derrière l’histoire qu’on raconte, vibre toujours l’énergie de la Déesse dont il est question. Ainsi, dans l’Est, je règne sur le Danube. En Inde, je domine le plus haut sommet de l’Himalaya et on me connait comme “Anna Pourna”, déesse de l’Abondance. A Sumer, on me nomme “Inanna” et je suis la déesse de l’Amour et de la fertilité.  Et enfin, dans votre culture, on me célèbre à Auray à travers la figure de “Sainte Anne”.

Ainsi la Grande Mère pouvait apparaître sous des visages si variés ?

Qu’importe, en effet, le nom que l’on me donne ! poursuivit-t-elle. Que je sois en lien avec la mer, le monde des fées, celui des Déesses ou celui des Saintes, que j’ai été incarnée ou non, une seule chose est à retenir : j’ai traversé les temps et, selon les époques, la géographie sacrée du lieu et les cultures, on m’a prêté des visages différents. En vérité, je vous le dis, je suis Celle qui fut, qui est, et qui sera…

Ces derniers mots résonnèrent longuement…

L’enseignement que je vais vous apporter se déroulera dans cette forêt, un haut-lieu électromagnétique à très forte amplitude vibratoire. Ici, la teneur élevée en fer affole les boussoles et dédouble l’espace-temps. Tout y devient perceptible simultanément : le manifesté et le non manifesté, la matière dense et la substance subtile, le corps physique et son essence spirituelle, la forêt de Paimpont et sa doublure éthérique nommée “Brocéliande”. Vous expérimenterez la possibilité d’être dans un monde et dans l’autre à la fois. A travers ces deux aspects, vous commencerez à expérimenter l’Unité.

Et Morgane ajouta :

Ceci est le premier enseignement. Il sera suivi d’une pratique d’intégration très simple et d’un résumé synthétique. La structure sera la même pour chaque transmission portée par la nuit.

Ainsi parla Morgane. Et les femmes, impressionnées, recevaient ses paroles…

***

Pratique d’intégration

Alignement

  • Commencez à respirer par le chakra frontal entre les deux sourcils en imaginant l’air qui y entre et ressort.
  • Prenez conscience de la terre sous vos pieds et laissez-la monter en vous, dans vos pieds, vos jambes, votre bassin, votre cœur, votre tête.
  • Restez attachées à votre chakra frontal tout en projetant votre aspiration au-dessus de votre tête.
  • Soyez attentives aux perceptions dans votre corps, aux émotions dans votre cœur, aux flashs de lumière dans votre cerveau.
  • Ressentez comment vos trois véhicules fonctionnent de concert.
  • Accueillez et remerciez…
  • Reprenez contact avec le chakra frontal entre les deux sourcils…

Résumé

  • Un nouveau monde se prépare.
  • Des femmes sont appelées à revivifier la Vibration Première dans le Nouveau Monde.
  • La communication entre les mondes requiert un fonctionnement synchrone des trois véhicules de l’expérience humaine : les corps physique, astral et mental.
  • Le corps physique reçoit des perceptions sensorielles.
  • Le corps astral y associe des émotions.
  • La partie supérieure du corps mental ajoute des informations vibratoires qui font sens.
  • Selon les lieux, les cultures et les époques, Morgane est appelée par divers noms qui gardent la racine indo-européenne “Ana” (“Grande Mère” ou encore “terre humide”).
  • La forêt de Brocéliande est un haut-lieu électromagnétique à puissance vibratoire élevée.
  • Tout est Un.

"

  1. un clic – NON par hasard – parmi la richesse de ce blog que je découvre avec joie… publié le jour anniversaire de ma mère… ahahah!!! Que la vie est joueuse! j’adore
    Merci pour toutes ces belles informations!

Répondre à Patricia Buigné-Verron Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s