La Grande Tisseuse

Par défaut

Article de Patricia Buigné-Verron
www.mouvement-interieur.org

 

 

Métier de haute lisse

Métier de Haute Lisse

Je suis la Grande Tisseuse, l’Art’tisse du Destin…
Celle dont l’Art de la Lisse (1) a pour dessein de guider la main des Trois Parques, des Moires ou bien des Nornes.
J’invite aujourd’hui votre conscience à éclairer mon art…

Baton-EsculapeFunambule de l’Univers, depuis l’aube des temps, je danse sur le fil de l’âme entre Ciel et Terre.
Ma perche d’équilibre est ma baguette magique en forme d’IS dont l’S enspiralé est le serpent qui siffle sur vos têtes…
De son extrémité, j’attire la poussière d’étoiles. Je l’assemble en boule, la pétris, l’étire et la file pour en extraire le Fil de l’UN…
J’en prends grand soin et l’enroule sur les trois fuseaux du Destin…
Je suis prête à utiliser mon métier à Lisser…

J’applique quelques règles d’usage :
– D’abord, tendre le Fil entre l’ensouple du Ciel (2) et l’ensouple de la Terre… Il est la chaîne (3) qui soutiendra l’ouvrage…
– Utiliser la baguette magique comme une navette cosmique…
– Tirer les fils de trame (3) où court le va et vient des incarnations humaines…
– Glisser aussi quelques Lys entrelacés… entrelissés… la fleur royale garante de la pureté du geste…
– Devenir Alys, l’Art’tisse de la Vie au Pays des Merveilles…

Et Tisse et lisse la navette…
Et court et glisse sur le vivant tissu qui infiniment défile…
Laisse se dessiner les singuliers motifs aux formes différentes selon la tâche impartie à chacun…
Selon aussi la trace laissée en traversant le feu, l’eau, l’air et la terre, aller et retour.

Voilà donc où s’inscrit le Destin !

Merci à http://artistelicier.free.fr/
Merci à http://artistelicier.free.fr/

Ne croyez pas pourtant qu’il soit prédéfini et immuable !
Les humains sont libres s’ils respectent les Lois.
Acteurs de leur vie mais inscrivant leur forme sur le tissu divin.
Responsables des répercussions si, en fabriquant des tissus de mensonges, ils provoquent une erreur dans le motif.

Quelqu’un a-t-il aujourd’hui a suffisamment d’étoffe pour me dire de quel tissu il  est issu ?
A-t-il cherché le germe dont vient le premier Fil ?
Pourrait-il répéter sur terre, à son humble manière, le geste créateur dont je donne recette ?
Libre  à chacun de écouter celle-ci comme une chansonnette ou bien de percevoir ce qu’elle reflète et puis de s’y soumettre :

Graines de lin

Qu’on commence par planter
Dans une terre fertile
La graine d’Unité
Qui donnera le Fil.
Qu’on laisse la plante pousser
Jusqu’à maturité
Puis, qu’on l’arrache et qu’on la décompose
Pour extraire les Principes de toutes choses.
Elle devra passer par différentes opérations (4)
Ou se succéderont
Rouissage, teillage et écochage,
Peignage, cardage, filage et bobinage.
Cela demande un peu de temps.
Puis vient le blanchiment,
Une opération à faire scrupuleusement
Et suffisamment,
Avant la Grande Aventure
de la Teinture.
Et quand tout sera prêt,
C’est à moi de chercher
Des bouches à utiliser
Comme métiers à tisser.
La langue sera parfaite
Pour faire une navette
Que je pourrai passer
– C’est évident ! –
Dans le peigne des dents (5).
Alors, comme une onde
Se tissera « la Parole du Monde »,
Le Verbe Créateur
Dont l’Amour est au cœur.

_________________________

Notes

(1) Deux techniques de tissage composent l’Art de la Lisse, utilisant deux métiers à tisser différents : le métier de haute lisse est composé de deux montants supportant deux cylindres mobiles (les ensouples), placées l’une dans la partie supérieure, l’autre dans la partie inférieure. Le tissage est ainsi réalisé à la verticale. Avec le métier de basse lisse, la chaîne se trouvant tendue sur un plan horizontal, le tissage se fait de façon horizontale. Voir ce site
(
2) Les deux parties du métier à tisser : l’un porte le fil de chaîne, l’autre enroule le tissu fabriqué. L’ensouple du haut porte le nom d’ensouple du ciel, celle du bas représente la terre. Ces quatre morceaux de bois symbolisent tout l’univers.
(3) Le tissage est le résultat de deux sortes de fils :  les fils de chaîne tendus sur le métier et provenant de l’ensouple. Ces fils sont disposés dans le sens de la longueur (ourdissage) et le fil de trame de couleur qui est passé à la navette entre les fils de chaîne. Ces fils de trame sont disposés dans le sens de la largeur
(4) Ces opérations sont décrites dans la documentation fournie sur le Portail de « Pitre de la Chesnaie »
(5) Evoque les mythes Dogons rapportés par l’ethnologue Marcel Griaule et sa fille, Geneviève Calame-Griaule

En écho à cet article voir cette page

"

  1. Pingback: Initiation | Le Cercle des Cercles

  2. Pingback: Echos | Le Cercle des Cercles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s